Le Blog de Venise vous tient informés des événements dans le domaine de l’Art (Biennale, expositions, concerts, Mostra du Cinema,…), de la vie quotidienne à Venise, ses artisans, ses boutiques, ses restaurants, et aussi ses innombrables fêtes (le Carnaval, la Regata Storica, le Rendentore, le Marathon de Venise,…). Ce blog vous donne aussi des conseils en matière d’hébergement (location d’appartements, B&B,…). Bonne navigation sur le blog de Venise .

mardi 5 décembre 2017

Jean d'Ormesson est mort, Venise vient de perdre l'un de ses amis les plus fidèles


   Jean d’Ormesson était mon idole depuis toujours, j’ai lu tous ses livres ou presque, regardé avec bonheur ses passages à la télévision, envié la vie qu’il a vécue dès son adolescence en parcourant le monde et Venise qu’il aimait tant et où il y a tant écrit. 
Son humour, sa pétillance, sa prodigieuse mémoire, son sourire, ses yeux et des chemises bleues vont manquer à la France. 
Un des derniers géants est mort cette nuit. La France vient de perdre le plus grand défenseur de sa culture. J’eusses tant aimé qu’il fût vraiment immortel !
  Et Venise vient de perdre l'un de ses amis les plus fidèles.

  Jean d'Ormesson venait souvent à Venise. Il logeait habituellement à Dorsoduro, flanait dans la ville sauf Piazza San Marco, y écrivait des livres tels "La Douane de mer". Une partie de l'un de mes livres préférés, toutes littératures confondues, "Le Juif Errant" se passe à Venise. Et dans presque tous ses livres, dans ses essais biographiques, il évoquait toujours Venise.



 Il coproduisait des documentaires aussi



VENISE VUE PAR JEAN D'ORMESSON from Actua Production on Vimeo.



C'était toujours un bonheur d'entendre Jean d'Ormesson, ici pour le JDD
 "... j'ai déjà mon épitaphe. Elle me vient de Crillon, l'ami d'Henri IV : "Le roi m'aimait, les pauvres me pleurèrent."






 Regardez la dernière interview de Jean d'Ormesson sur LCI



  Les hommages de la Presse :

LE MONDE "Tout en étant obligé de s’inscrire dans la lignée des comtes d’Ormesson, il s’était fait son propre nom, en forme de sourire, qui reflétait bien son caractère facétieux : Jean d’O. Plus il vieillissait, plus Jean d’Ormesson – qui est mort dans la nuit du 4 au 5 décembre à l’âge de 92 ans – était charmant et charmeur, avec son œil si bleu et son air à jamais espiègle... lire l'article

LE FIGARO "Le doyen des Immortels nous a quittés dans la nuit de lundi à mardi. Il reste dans nos esprits comme un homme brillant, drôle, cultivé, philosophe et omniprésent dans la vie intellectuelle française. « Jean d'O » laisse derrière lui une œuvre conséquente, preuve de l'étendue de son talent...
lire l'article

LE POINT "On avait fini par le croire immortel ! Ce n'est pas tant son statut d'académicien qui lui conférait une telle illusion que son appétit pour la vie, son insatiable curiosité et son verbe riche qui faisaient de lui depuis des décennies le prof de français et de littérature de notre pays. Jean d'Ormesson aimait Venise, les bains de mer, Chateaubriand, Paul-Jean Toulet, les femmes et l'Académie... lire l'article et voir la video


L'hommage du Président de la République, Emmanuel Macron :
Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, a salué en Jean d'Ormesson "le meilleur de l'esprit français, un mélange unique d'intelligence, d'élégance et de malice, un prince des lettres sachant ne jamais se prendre au sérieux".
"L'œil, le sourire, les mots de Jean d'Ormesson nous manquent déjà", a conclu le président.


  Et pour finir, Jean d'Ormesson parle de sa vie  : "Qu'ai-je donc fait ? J'ai aimé l'eau, la lumière, le soleil, les matins d'été, les ports, la douceur du soir dans les collines et une foule de détails sans le moindre intérêt comme cet olivier très rond dont je me souviens encore dans la baie de Fethiye ou un escalier bleu et blanc flanqué de deux fontaines dans un village des Pouilles dont j'ai oublié le nom. Je ne regrette ni d'être venu ni de devoir repartir vers quelque chose d'inconnu dont personne, grâce à Dieu, n'a jamais pu rien savoir. J'ai trouvé la vie très belle et assez longue à mon goût. J'ai eu de la chance. Merci. J'ai commis des fautes et des erreurs. Pardon. Pensez à moi de temps en temps. Saluez le monde pour moi quand je ne serai plus là. C'est une drôle de machine à faire verser des larmes de sang et à rendre fou de bonheur. Je me retourne encore une fois sur ce temps perdu et gagné et je me dis, je me trompe peut-être, qu'il m'a donné - comme ça, pour rien, avec beaucoup de grâce et de bonne volonté - ce qu'il y a eu de meilleur de toute éternité : la vie d'un homme parmi les autres."

Vie et biographie de Jean d'Ormesson : Wikipedia

Retour en page d'accueil

Aucun commentaire: